Troisième vendredi de colère aux Comores

Pour la troisième semaine consécutive, des manifestations ont eu lieu vendredi 8 juin à travers les îles de Grande Comore et d’Anjouan après la grande prière de vendredi afin de protester contre la fermeture de la Cour constitutionnelle au profit de la Cour suprême à l’approche d’un référendum prévu le mois prochain. Si le « oui » l’emporte la Constitution sera modifiée et de nouvelles élections présidentielles se tiendront aux Comores courant 2019. Le président Azali Assoumani pourra alors briguer un nouveau quinquennat renouvelable cette fois.

Le peuple comorien veut envoyer un message à Azali. Il veut organiser un match : l’arbitre c’est lui, les joueurs c’est lui. Organiser un référendum sans un arbitre indépendant…
rfi
Suivez-nous sur Facebook sur