Sahel : Un demi-million de paysans et d’éleveurs ont été soutenus par l’Alliance Sahel et ses partenaires

Au cours d’une conférence digitale, l’Alliance Sahel a fait officiellement le bilan de trois ans d’existence, le mardi 19 janvier. Selon un communiqué de presse, le panel de la conférence a réuni des intervenants de haut niveau, parmi lesquels la ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la coopération, Arancha González Laya, et le ministre mauritanien des Affaires économiques et de la promotion des secteurs productifs, Ousmane Mamoudou Kane.

 

Le rapport de l’Alliance a analysé au total, 507 projets représentant environ dix milliards d’euros d’engagements sur la base de 22 indicateurs agrégés. Selon le rapport, les projets soutenus par les membres de l’Alliance s’alignent à la fois sur les plans de développement nationaux des cinq pays mais également sur les cadres établis par le G5 Sahel.

«Au cours de ces trois années d’exercice, un demi-million de paysans et d’éleveurs ont été soutenus, 420 000 jeunes ont bénéficié de formations professionnelles, 550 000 personnes ont pu avoir accès à l’électricité et 1,6 millions à l’assainissement. De plus, environ 5,6 millions de personnes ont eu accès à l’eau potable et plus de trois millions d’enfants ont été vaccinés et 1200 organisations de la société civile soutenues », révèle le rapport.

« L’Alliance Sahel s’est affirmée comme un mécanisme privilégié de dialogue avec le G5 Sahel et ses États membres », a déclaré la ministre Arancha González Laya, présidente de l’assemblée générale de l’Alliance Sahel. À ce jour, l’Alliance Sahel compte 24 partenaires (membres gouvernementaux, des organisations multilatérales de développement entre autres) et représente près de 17 milliards d’euros de financements.

« En soutenant près de 900 projets de développement, nous nous mobilisons dans les zones de grande insécurité comme dans les régions créatrices d’emplois pour améliorer la vie des populations par des réalisations très concrètes », a indiqué Remy Rioux, directeur général de l’Agence française de développement (Afd).

Plus spécifiquement pour le Programme de développement d’urgence (Pdu) du G5 Sahel, « l’Alliance Sahel et le G5 Sahel ont œuvré au démarrage de 18 projets sur 21 dans le cadre du Programme de développement d’urgence (Pdu) dans les secteurs prioritaires de la résilience, de l’eau, et de la cohésion sociale », a affirmé le ministre mauritanien des Affaires économiques et de la Promotion des secteurs productifs, Ousmane Mamoudou Kane, président du Conseil des ministres du G5 Sahel.

Tertius Zongo, directeur de la Chaire Sahel de la Fondation d’études et de recherche sur le développement international (Ferdi), a rappelé l’importance de la « redevabilité vis-à-vis des populations bénéficiaires » et non pas seulement vis-à-vis des bailleurs, car cela permet d’éviter « ce sentiment de marginalisation des individus les plus vulnérables ».

Maman Sidikou, secrétaire exécutif du G5 Sahel a souligné qu’« il est primordial de passer des déclarations aux actes, et d’abandonner l’approche fragmentée d’opérateurs privilégiant la notoriété de leurs interventions à l’atteinte de résultats tangibles. »

En clôture de la conférence, Angel Losada, représentant spécial de l’Union européenne pour le Sahel a indiqué que l’engagement de l’union est plus important que jamais. Il affirme que la stabilisation de la région et les processus démocratiques nationaux, tels que celui en cours au Mali, doivent être accompagnés aussi par le développement.

Pour la directrice Afrique de l’Ouest de la Banque, Marie-Laure Akin-Olugbadé, la Banque africaine de développement continuera d’être un partenaire important de l’Alliance .

Adou FAYE

Source : LEJECOM

Suivez-nous sur Facebook sur