Pêche dans les caniveaux : une activité risquée qui n’inquiète pas ses pratiquants

En cette saison de pluie, des adolescents s’adonnent à la pêche des poissons dans des caniveaux de N’Djamena. Ils sont nombreux à se plaire à cette activité en prenant tous les risques possibles.

 

Ils sont âgés entre 10 à 15 ans ces adolescents qui pratiquent la pêche dans les caniveaux et bassin de rétention leur chasse gardée. Ce matin, comme la plupart des jours, Brahim et ses camarades sont descendus sur le terrain. Aujourd’hui, ils ont choisi de pêcher dans les caniveaux du  boulevard  Taiwan longeant sur l’ancien cimetière d’Abena. Chacun est munie d’une canne à pêche artisanale, des vers de terre et un panier pour mettre les poissons qui seront éventuellement pêchés. Patience, agilité et tranquillité sont leur mot d’ordre.

« Nous souhaitons pêcher dans la tranquillité afin de capturer plus de poissons, cela nous permettra d’avoir beaucoup d’argent après la vente », souligne Brahim en souriant.

Et le résultat, Brahim et ses copains le propose aux passants. « Celui-ci est à combien ?» demande un consommateur. « 250 francs », répond Brahim. Chaque poisson est vendu selon son volume. Ils peuvent être vendus en tas entre 250 à 500 francs CFA. « Si la vente est médiocre » Brahim pourra retrouver ses poissons le soir dans son assiette à la maison.

 Tchadinfos

Suivez-nous sur Facebook sur