Migrations, finances, intégration régionale: le Maroc joue la carte «Afrique»

Cela fait vingt ans ce 30 juillet que Mohammed VI règne sur le Maroc. Sous son impulsion, le pays a opéré une réorientation de sa politique étrangère, aux multiples facettes, vers l’Afrique sub-saharienne.

Cette réorientation s’est soldée en 2017 par sa réintégration dans l’Union africaine. Le Maroc avait quitté l’organisation régionale en 1984 suite à la reconnaissance par l’institution de la République arabe sahraouie démocratique qui comprend le Sahara occidental, une zone que le Maroc revendique. Selon le chercheur Bakari Sambe, directeur du Timbuktu Institute, le royaume a depuis opté pour une diplomatie fondée sur l’économie, avec succès.

« Le Maroc a converti son capital symbolique en capital économique et plus tard en capital diplomatique, vers les pays classiques comme le Sénégal, qui a toujours été la tête de pont des relations entre le Maroc et l’Afrique de l’Ouest, qui était son point d’entrée dans l’espace Cédéao – plus de 80 millions de consommateurs -».

Le Maroc a joué la carte de la finance, « Finance dont les pays africains avaient besoin à l’époque, notamment avec de grands groupes qu’ils ont rachetés au Sénégal. Aujourd’hui, les banques marocaines possèdent des filiales dans tous les pays de l’Afrique de l’Ouest. Donc le Maroc a joué sur les points consensuels, sur le plan économique, mais en avançant petit à petit sur le calendrier diplomatique et sur la grande question sahraouie qui l’oppose à pas mal de pays africains dont l’Afrique du Sud, le Nigeria et l’Algérie. »

Cette stratégie lui permet de se positionner aujourd’hui comme une porte d’entrée vers le continent africain face à la Libye en pleine crise et à l’Algérie avec qui il entretient des relations compliquées.

Pays refuge pour les affaires, pays de transit pour les hommes

« Le Maroc investit de nouvelles missions en jouant ce que l’on appelle les Bridge Power, c’est-à-dire les (têtes de ponts), à l’intersection entre l’Europe et l’Afrique… », reprend Bakary Sambe.

► Lire aussi : Six nouveaux accords économiques signés entre le Maroc et le Mali

« Le jeu du Maroc est très clair : c’est de dire aux pays européens et aux pays asiatiques que l’Afrique noire fait partie des régions que nous connaissons depuis la nuit des temps, depuis les caravanes. Nous pouvons vous y accompagner. Et Casablanca peut rester en attendant le lieu de dépôt de vos affaires et de vos capitaux. En cas de risque, vous pouvez vous redéployer sur Casablanca, qui est toute proche du continent africain, mais qui est à deux heures de Paris.

En même temps, le Maroc sert – pour l’Union européenne en tout cas -, à faire fonctionner les politiques migratoires, parfois, malheureusement, les plus draconiennes. Le roi a fait des efforts en régularisant plus de 50 000 Africains, mais le Maroc reste un grand pays de transit. La question migratoire est un atout aussi pour le Maroc pour s’imposer sur le plan stratégique au niveau des Européens. »

RFI

Suivez-nous sur Facebook sur