Les femmes scientifiques noires absentes des manuels scolaires, selon une étude

Dans les manuels de biologie un scientifique sur sept, mis en évidence, est une femme.

Et les femmes noires n’ont pas été représentées une seule fois dans aucun des ouvrages analysés.

A ce rythme, il faudra des siècles avant que les livres utilisés pour enseigner la biologie aux États-Unis ne correspondent à la diversité de leurs lecteurs, estiment les chercheurs.

« Nous n’avons pas vu, par exemple, de femmes noires scientifiques dans aucun manuel », a déclaré le Dr Cissy Ballen de l’Université d’Auburn en Alabama, aux États-Unis.

L’étude a analysé plus de 1 000 noms de scientifiques figurant dans sept manuels de biologie modernes, utilisés pour enseigner aux étudiants de premier cycle qui s’orientent en science et en médecine aux États-Unis.

Il s’agissait de personnalités historiques comme Charles Darwin et Gregor Mendel ou de scientifiques contemporains comme Jane Goodall.

Dans l’ensemble, 13 % des scientifiques présentés étaient des femmes, tandis que 6,7 % étaient d’origine noire, asiatique ou appartenant à une minorité ethnique.

Il existe des rencontres où des femmes scientifiques africaines partagent leur expérience avec la relève.

Des recherches antérieures ont montré l’importance de modèles scientifiques divers et pertinents, a déclaré le Dr Ballen.

« Ne pas pouvoir voir quelqu’un comme eux dans ce genre de manuels fondamentaux qu’ils utilisent, je pense que cela aurait un effet vraiment négatif », a-t-elle déclaré.

Des progrès ont été réalisés ces dernières années, en particulier en ce qui concerne les femmes et les hommes d’origine asiatiques, ont déclaré les chercheurs.

Malgré cela, les scientifiques présentés ne sont pas représentatifs de leur public cible, en particulier parmi les femmes d’ascendance asiatiques et hispaniques, alors que les femmes noires n’étaient pas du tout représentées.

Les éditeurs de manuels scolaires sont « chargés d’équilibrer une représentation exacte de l’histoire tout en présentant une science contemporaine qui reflète une population diversifiée d’apprenants », ont-ils déclaré.

Le Dr Rahma Elmahdi, associée honoraire de recherche pour l’égalité, la diversité et l’inclusion à l’Imperial College de Londres, a déclaré qu’il était connu depuis un certain temps que les données démographiques représentées dans les supports d’apprentissage tels que les manuels scolaires sont en grande partie blanches et masculines, et non le reflet des élèves de ces classes, et c’est également le cas au Royaume-Uni.

« Nous devons commencer à agir pour réduire ces disparités si nous ne voulons pas exclure une autre génération de scientifiques talentueux », a-t-elle déclaré.

La biologie est relativement différente des autres domaines scientifiques, comme la physique. Aux États-Unis, environ 60 % des diplômés en biologie sont des femmes.

Des recherches antérieures ont montré que le nombre de femmes gravissant les échelons dans le cadre d’une carrière scientifique est « décevant ».

Cette recherche est publiée dans le journal de la Royal Society, Proceedings B.

BBC

Suivez-nous sur Facebook sur