Le Président sénégalais invite Moscou et Pékin pour un “mandat robuste’’ de l’ONU au Mali et au Sahel

Le Président sénégalais, Macky Sall, a invité, lundi, à Diamniadio, près de Dakar, la Russie et la Chine à accepter, comme les autres membres du Conseil de sécurité, un ‘’ mandat robuste’’ de l’Organisation des Nations unies (ONU) au Mali et au Sahel, confrontés à la menace terroriste.

 

Cité par l’Agence de presse sénégalaise (APS), le chef de Etat sénégalais, a déclaré : « Il faut un mandat robuste de l’ONU au Mali. Il faut que la France soit d’accord, il parait qu’au niveau des Etats-Unis les choses ont bien évolué ; le Royaume Unie est d’accord. Il faut que la Russie et la Chine acceptent sur le Sahel de donner un mandat robuste ou un mandat unique sur tout ce qui se passe dans le Sahel ».

Le Chef de l’Etat s’exprimait à l’ouverture de la 6e édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, au Centre de conférence international Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD), en présence de son homologue mauritanien, Mouhamed Ould Cheikh El Ghazouani, et du Premier ministre français, Edouard Philippe.

M. Sall a plaidé pour ‘’des équipements et des engagements en faveur du Mali et du Sahel et la réforme du système de maintien de la paix dans les zones confrontées au terrorisme. ‘’Autrement, c’est une mission à payer des indemnités. C’est bien, c’est réconfortant, mais, on perd de l’argent et la situation s’aggrave sur le terrain. Il faut une réforme du système de maintien de la paix dans les zones où le terrorisme sévit’’, a-t-il plaidé.

Macky Sall a déploré le fait que malgré la présence de plus de 14.000 soldats étrangers au Mali, l’agression terroriste continue de s’intensifier. ‘’Pire, le terrorisme étend son spectre ravageur à d’autres pays, charriant au quotidien des morts, des blessés, des réfugiés et personnes déplacées. Les attaques sont devenues plus fréquentes, plus meurtrières et plus audacieuses, puisque les terroristes s’en prennent de plus en plus aux forces de défense et de sécurité, jusque dans les casernes’’, s’est-il alarmé.

Il a réitéré son ‘’ferme attachement à l’unité et à l’intégrité nationale du Mali’’, ajoutant que pour ‘’le Sénégal, le Mali est un et indivisible’’. ‘’Il faut que l’autorité de l’Etat soit restaurée dans l’ensemble du territoire’’, a lancé le président Sall qui estime que ‘’ combattre ensemble le terrorisme au Sahel est un impératif de sécurité collective’’.

Le Mali est confronté depuis 2012 à la présence sur sa partie nord de groupes djihadistes. Malgré l’intervention de la Mission multidimensionnelle des Nations Unies au Mali (MINUSMA) et des troupes françaises, la menace s’est étendue au Burkina et dans une moindre mesure au Niger. Les armées de ces différents pays subissent souvent les attaques de ces groupes armés qui cherchent à gagner du terrain.

MD

(AMAP)

Suivez-nous sur Facebook sur