Ghana : Les « malades mentaux » enchaînés ( images)

La stigmatisation sur les malades mentaux, la désinformation et le manque de ressources psychiatriques pour les malades mentaux font que de nombreux Ghanéens ont recours à l’enchaînement de leurs proches ou leurs patients, parfois pendant des années.


Toutes les photographies de Robin Hammond du Journal britannique The Guardian

Umama Belakoba ne connaît pas son âge. Elle souffre de schizophrénie. Son mari est en prison pour avoir volé une igname et elle a quatre enfants âgés de deux à huit ans.

Belakoba est prise en charge par sa mère au camp de prière de Nyinbunya et à l’église pentecôtiste du nord du Ghana, où elle est enchaînée à un karité depuis un an.

Sara (nom de famille non divulgué) a trois enfants. Son plus jeune a deux ans. Elle dit qu’elle est tombée malade après la naissance de chacun de ses enfants. Elle a été emmenée à l’église pentecôtiste pour «guérison» et sa belle-sœur est venue pour rester avec elle.

 

Sara a été enchaînée à un arbre après avoir tenté de s’enfuir. Elle dit qu’elle voulait juste rentrer à la maison pour voir son bébé.

Baba Agunua, du village de Zorko dans le nord du Ghana, ne parle que pour crier à sa mère pour la nourriture. Sa mère dit qu’il a entre 20 et 30 ans. Il vit avec un grave problème de santé mentale et est enchaîné à la racine d’un baobab depuis trois ans.

 

John Yimbilbe souffre de dépression. Il est pris en charge par sa femme, Elizabeth Kwamwe, à l’église de Nyinbunya, où il est enchaîné depuis deux ans.

intellivoire

Suivez-nous sur Facebook sur