En Côte d’Ivoire, Ouattara court un grave danger, voici les explications d’un proche de Soro

Mamadou Traoré, l’un des fidèles lieutenants de Soro Guillaume, ex-chef de la rébellion en Côte d’ivoire, s’inquiète pour le chef de l’Etat Dramane Ouattara, du fait de l’adhésion de nombreux “serpents venimeux” à son parti le RassembIement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

 

Le transfert, l’achat de certains hommes politiques qui ont lieu au sein de la classe politique ivoirienne à l’approche du scrutin présidentiel de 2020, devrait plutôt susciter de l’inquiétude chez le Chef de l’Etat Alassane Ouattara et son parti le RHDP, plutôt que de la joie, selon Mamadou Traoré, fidèle lieutenant de Soro. La famille politique du président Ouattara enregistre en effet, le gros nombre de transfuges politiques, “des serpents vénimeux” qui a en croire Mamadou Traoré ne sont rien d’autres que des “politiciens alimentaires”.

Dans une publication relayée sur sa page Facebook, Mamadou Traoré, proche de Guillaume Soro croit savoir que le choix d’adhérer au RHDP des Ahoussou Jeannot, Daniel Kablan Duncan et autres Charles Koffi Diby, ont été plus motivé par celui de la raison que du cœur.

Ces derniers, à l’écouter n’hésiteront pas à trahir Ouattara dès le premier chant du coq. “J’espère au fond de moi que le President de ce parti unifié sait que ceux qui n’ont pas été capables d’afficher une certaine loyauté et fidélité à leurs leaders politiques d’hier n’hésiteront pas à le lâcher dès qu’il perdra le pouvoir”, interpelle Mamadou Traoré.

Non sans attirer l’attention de son ex-mentor sur l’incapacité de ces nouvelles recrues, à lui assurer la victoire au soir de la présidentielle de 2020. “Parce qu’au fond, ils l’ont rejoint avec leur raison, mais pas avec leur cœur”, justifie-t-il.

Avant de prendre à titre d’illustration, les cas des anciens présidents Laurent Gbagbo et Robert Guéï. “J’espère qu’il a tiré des leçons de ce qu’ils ont fait au Général Guei et à Laurent Gbagbo lorsque ceux-ci ont perdu le pouvoir qu’ils n’ont pas pu leur donner de nouveau !”

Le microcosme politique ivoirien, rappelons-le, est en pleine reconfiguration. Chaque camp, que l’on soit de l’opposition ou du parti au pouvoir, enregistre soit des départs soit l’adhésion de cadres des partis rivaux.

Le RHDP, parti au pouvoir, est la formation politique qui a enregistré le plus de nouvelles recrues. Ils sont en majorité en provenance du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), le parti d’Henri Konan Bédié qui de son côté dénonce des intimidations et l’ingérence de l’exécutif, dans les affaires internes du vieux Parti.

carre direct.info

Suivez-nous sur Facebook sur