Dossongui Koné lorgne les filiales de BNP Paribas en Afrique

Dossongui Koné, l’une des toutes premières fortunes de Côte d’Ivoire, continue d’élargir son empire. Candidat à la reprise des filiales de BNP Paribas en Afrique, il est en course avec quatre autres Africains.

 

Ils sont quatre différents repreneurs potentiels à vouloir racheter les filiales de BNP Paribas en Afrique. Les offres techniques et financières, selon des proches du dossier doivent être déposées à la mi-juillet. Il s’agit de la reprise des trois filiales de BNP Paribas au Mali, au Burkina Faso et en Guinée Conakry, vendues en un seul bloc. Pour rappel, l’Union bancaire pour le commerce et l’industrie (UBCI) en Tunisie, la Banque internationale pour les commerces et l’industrie du Gabon (BICIG) et la Banque pour l’industrie et le commerce (BIC), filiale du groupe français aux Comores, avaient été cédées séparément.

Des arguments sérieux La vente en un seul bloc des parts du groupe français dans la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Mali (BICIM), la Banque internationale pour le commerce et l’industrie de la Guinée (BICIGUI) et la Banque internationale pour le commerce, l’industrie et l’agriculture du Burkina (BICIAB) a attiré de nombreux repreneurs potentiels. Parmi ces derniers, l’Ivoirien Dossongui Koné, un candidat sérieux, à travers sa société Atlantic Financial. Il est concurrencé par le tout nouveau groupe du banquier Charles Kié (ancien patron d’Ecobank Nigeria) et Pathé Dione du groupe Sunu Assurance. Dossongui Koné n’en est pas à son coup d’essai. Atlantic Financial, c’est d’abord la Banque Atlantique, présente dans sept des huit pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal et Togo. Bien que revendue au marocain Banque centrale populaire (Groupe BCP), Koné reste un actionnaire actif. C’est aussi la téléphonie mobile, avec Moov, implanté dans sept pays, et Data transmission dans onze États. Koné est également dans l`assurance, avec quatre compagnies. Il n’a pas pour autant oublié ses premières amours, puisqu’il a débuté dans les affaires par l’agro-industrie. Le groupe Atlantique posséderait encore 70 boulangeries, 3 usines d’extraction d’huiles essentielles d`agrumes et 1 usine de noix d’acajou à Korhogo. Des arguments de taille, qui peuvent jouer en la faveur de l’Ivoirien qui jouit d’une grande expérience dans le monde des affaires, surtout dans la finance et les banques. Même s’il est confronté encore à certaines batailles judiciaires, notamment avec l’affaire Telecel Faso au Burkina ou encore Moov CI, Dossongui Koné mettra toutes les chances de son côté afin d’enlever cette offre.

Journal du mali

Suivez-nous sur Facebook sur