Difficile pour les Africains d’aller dans un autre pays africain

Les autres pays du monde semblent plus accessibles aux africains que les pays africains !

Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, a déclaré qu’il avait besoin de 38 visas pour voyager sur le continent avec son passeport nigérian. De nombreux ressortissants européens, quant à eux, entrent dans la plupart des pays africains sans visa.

Les pays africains étaient censés supprimer l’obligation de visa pour tous les citoyens africains d’ici 2018…mais…

Il s’agissait d’un élément clé de la “vision et de la feuille de route pour les 50 prochaines années ” de l’Union africaine (UA) qui a été adoptée par tous les États membres en 2013.

Mais à ce jour, les Seychelles sont le seul pays où l’exemption de visa est ouverte à tous les Africains – ainsi qu’aux citoyens de chaque pays – comme cela a toujours été le cas.

Un rapport récent de l’UA a révélé que les Africains peuvent voyager sans visa dans seulement 22% des autres pays africains.

Il s’agit d’un sujet sensible, qui provoque des attitudes xénophobes dans certains des pays les plus riches d’Afrique, bien que les décideurs politiques du Cap au Caire ont insisté sur le fait que la libre circulation des personnes est essentielle à la transformation économique du continent.

“Nos dirigeants semblent faire des pieds et des mains pour préserver et protéger les frontières coloniales”, déclare Katchie Nzama, blogueuse sud-africaine qui a visité 35 des 55 pays africains.

L’UA peut vouloir un continent sans frontières où ses 1,2 milliard d’habitants peuvent circuler librement entre les nations, comme l’Union européenne, mais il semble que les obstacles ne manquent pas.

Qu’il s’agisse de fonctionnaires de l’immigration au Burkina Faso qui demandent arbitrairement 200 dollars US (155 livres sterling) pour un visa à l’arrivée, ou de la Tanzanie qui arrête et expulse d’autres Africains de l’Est qui entrent illégalement, ou de la Tunisie qui refuse des visas aux passagers africains bloqués après un vol annulé, le voyage intra-africain est plein de suspicion.

Deux poids, deux mesures ?

L’Afrique du Sud semble être le représentant le plus visible de la politique de deux poids deux mesures du continent en matière de visas, restant largement fermée aux autres Africains mais plus accueillante pour le reste du monde.

Les citoyens de seulement 15 pays africains peuvent se rendre en Afrique du Sud sans visa, mais les titulaires de 28 passeports européens différents peuvent entrer librement dans le pays.

Le porte-parole du Département de l’Intérieur, Thabo Mokgola, défend sa politique.

“Il s’agit d’une affirmation injuste – les accords d’exemption de visa sont fondés sur la réciprocité et nous sommes en train de les finaliser avec un certain nombre de pays africains”, a-t-il déclaré à la BBC.

La manière dont cette réciprocité est appliquée n’est pas claire.

Le Kenya, par exemple, délivre gratuitement un visa aux citoyens sud-africains à leur arrivée. Mais les Kenyans doivent faire une demande de visa, puis payer des frais de service et attendre au moins cinq jours ouvrables avant de se rendre en Afrique du Sud.

En 2015, deux ans après que l’Union africaine ait demandé à ses membres de s’engager à abolir l’obligation de visa pour tous les Africains d’ici 2018, l’Afrique du Sud a fait le contraire et a annoncé une réglementation plus stricte qui a été largement critiquée.

Frappé par une récession et une baisse du nombre de touristes, le pays s’est effondré et a récemment annoncé qu’il assouplissait ses règles de voyage dans l’espoir de relancer son économie en difficulté.

Passeport africain

La Namibie, Maurice, le Ghana, le Rwanda, le Bénin, le Kenya et le Rwanda ont assoupli les restrictions de voyage pour les autres ressortissants africains et accordent maintenant un visa à l’arrivée ou permettent des séjours allant jusqu’à 90 jours avec seulement un passeport.

Mais les citoyens des pays africains ont encore besoin d’un visa pour se rendre dans plus de la moitié des 54 pays du continent, protégeant ainsi les frontières tracées par les colons européens il y a plus d’un siècle.

“Quelqu’un comme moi, malgré la taille de notre groupe, j’ai besoin de 38 visas pour me déplacer en Afrique “, s’est plaint le milliardaire nigérian Aliko Dangote dans une interview en 2016.

Il serait l’un des premiers à recevoir le passeport africain lancé en 2016. Le document de voyage est censé remplacer à terme les passeports des différents pays, mais il n’est actuellement disponible que pour certains chefs d’État, diplomates de haut rang et hauts fonctionnaires de l’UA.

Il est assez facile de voyager à l’intérieur de blocs régionaux tels que la Communauté de l’Afrique de l’Est, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, la Communauté de développement de l’Afrique australe, le Maghreb, ainsi que la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale. Mais il est rarement possible de voyager d’une région à l’autre sans restriction.

Prix exorbitants

Un autre obstacle aux voyages en Afrique est qu’il y a très peu de vols commerciaux d’une région à l’autre et que lorsqu’ils existent, leur coût est prohibitif.

“Prendre l’avion entre le Kenya et la Namibie est le même prix que prendre l’avion pour la Thaïlande, et le coût pour Dubaï depuis Nairobi est bien moins élevé que celui d’un vol pour le Maroc “, explique Winnie Rioba, blogueuse kenyane de voyages.

Et cela s’ajoute aux frais de visa.

Mme Rioba a dû payer 90 dollars pour un visa pour Djibouti, soit plus que les 75 dollars qu’elle a payés pour un visa Schengen, ce qui lui a donné accès à 26 pays européens.

“J’ai dépensé plus d’argent pour demander des visas que les frais de transport lors de mes voyages à travers le continent “, convient Mme Nzama.

“Ce n’est pas seulement de l’argent payé aux ambassades. C’est le temps et l’argent perdus à aller et venir dans les ambassades et à préparer les documents requis, ce qui, dans la plupart des cas, ne m’a pas semblé nécessaire”, explique la blogueuse de voyage sud-africain.

Pour aider ses compatriotes nigérians à trouver leur chemin dans le labyrinthe des exigences, l’entrepreneure Funmi Oyatogun a créé une carte à code couleur indiquant les pays africains où il est le plus facile de voyager :

“Notre objectif est de simplifier les voyages des Africains à travers l’Afrique “, dit-elle au sujet de sa start-up TVP Adventures.

Elle estime que ces efforts font partie intégrante de ce qu’elle appelle la “source du voyage africain”.

“Nous sommes en train de briser les barrières qui ont rendu les choses difficiles dans le passé – le manque d’information, les mauvaises connexions aériennes et les perceptions erronées des autres pays africains.

La suppression de l’obligation de visa pour les Africains voyageant à l’intérieur du continent bénéficie d’un large soutien.

Mais à l’approche de l’échéance (fin 2018), rares sont ceux qui pensent qu’elle arrivera bientôt.

Et en attendant, il pourrait rester plus attrayant de quitter le continent.

“Comment convaincre un voyageur africain de m’accompagner en Angola si le voyage coûte aussi cher qu’un voyage dans cinq pays d’Europe ? demande Mme Rioba.

“Ils vous donnent des visas comme si c’était une faveur.”

BBC Afrique

Suivez-nous sur Facebook sur