Désarmement des combattants Boko Haram au Cameroun

Le Cameroun a lancé vendredi un programme national de désarmement dans les zones en conflits de l’extrême Nord et les régions anglophones du Cameroun.

Un “comité national de désarmement, de démobilisation et de réintégration” (CNDDR) pour les combattants des zones en conflit au Cameroun (…) a été créé par décret présidentiel”, selon les termes d’un communiqué signé vendredi par le président Paul Biya.

Le CNDDR va permettre d'”accueillir et de désarmer les ex-combattants” de “Boko Haram et des groupes armés des régions (anglophones) du Nord-Ouest et du Sud-Ouest”.

Il va aussi “collecter” les armes des ex-combattants et “aider à leur réinsertion dans la vie civile”.

Basé à Yaoundé, le comité sera présidé par le Premier ministre Philémon Yang et disposera de centres à Bamenda et Buea, chefs-lieux des régions anglophones, ainsi qu’à Mora, une des principales villes de l’Extrême nord où sévit Boko Haram.

Ce décret a été promulgué dans un contexte où les incidents se multiplient en régions anglophones en proie à un conflit entre l’armée et des séparatistes. Le président Biya avait appelé le 6 novembre dernier les sécessionnistes à déposer les armes.

BBC Afrique

Suivez-nous sur Facebook sur