Crise en RCA: une première table ronde menée à l’initiative de la Russie

Jeudi 26 juillet à Bangui se tenait une première table ronde menée à l’initiative de la Russie, pays qui a pris une grande place ces derniers mois dans la diplomatie centrafricaine. Les participants ont été appelés à réagir à différentes questions : sur les racines du conflit, la situation de la crise, les recettes de la sortie de crise. Initiative africaine, forum de Bangui, justice, DDRR, renforcement des FACA, différentes thématiques ont été évoquées. A la tête de cette table ronde, Valérie Zakharov conseiller du président de la République.

C’est l’une des seules interventions de Valérie Zakharov jeudi soir. Le nouveau bras droit du président Touadéra s’est montré à l’écoute, prenant des notes sur les différentes interventions des participants. Neuf personnalités représentant le monde politique et la société civile centrafricaine. Parmi elles, Didier Kallanda, directeur de cabinet adjoint de l’Assemblée nationale : « C’est important qu’on soit au moins là pour écouter et même participer également. L’initiative russe est intéressante en ce sens que ça regroupe tout le monde et ça nous a donc permis d’échanger clairement et franchement sur les points d’urgence pour une sortie de crise. »

Le Forum de Bangui, l’initiative de l’Union africaine, autant d’occasions d’échanger. Mais pour Hedi Ali Gonissa, chargé de mission diplomatique à la présidence – et personne ressource dans l’organisation de cette table ronde- il n’y a pas de concurrence : « La République centrafricaine est en crise et s’il y a plusieurs initiatives qui tendent vers la sortie de la crise, je crois que toutes les initiatives sont les bienvenues et c’est pourquoi nous on pense qu’on ne doit pas sélectionner les initiatives on doit prendre tout et puis peut-être parmi toutes ces entreprises, il y en aura certainement une qui sera magique. Une initiative russe parmi d’autres. Il y a de la place pour tout le monde et on est prêts à accepter tout ce qui est initiative pouvant nous aider parce qu’on a besoin de ça pour réfléchir et pour avancer. »

L’initiative russe espère organiser d’autres tables rondes de ce genre dans les semaines à venir, avec un panel d’intervenants élargi.

RFI

Suivez-nous sur Facebook sur