CPI : Charles Blé Goudé refuse deux autres destinations en Afrique

Toujours en résidence dans un hôtel de la Haye depuis sa mise en liberté conditionnelle par la Cour Pénale Internationale (CPI), Charles Blé Goudé a refusé deux nouvelles propositions de pays qui ont accepté l’accueillir sur leur terre.

Décidément il donne du fil à retordre à la CPI. L’Afrique du Sud et l’Ouganda ont proposé d’accueillir sur leur territoire, l’ancien ministre ivoirien Charles Blé Goudé qui attend toujours des propositions convenables pour jouir effectivement de sa liberté conditionnelle. En effet, acquitté et libéré par la cour, il doit se conformer toutefois à certaines conditions du tribunal de la Haye comme entre autre, ne pas rentrer en Côte d’Ivoire. Des conditions auxquelles il doit se conformer en attendant la décision de Fatou Bensouda, la procureure de la CPI, de faire appel ou non de la décision de la chambre préliminaire de ladite cour. Dans les mêmes conditions, Laurent Gbagbo a lui été accueilli en Belgique où il réside actuellement.

Blé Goudé lui, a refusé dans un premier temps les offres d’accueil de l’Argentine et du Portugal ; cette fois encore il refuse deux autres propositions, malgré le fait qu’elles aient été faites par des pays africains. Le greffe de la CPI avait réussi à trouver un accord avec l’Ouganda et l’Afrique du sud qui avaient donné leur accord pour recevoir, s’il le voulait, Charles Blé Goudé sur leur espace nationale. Mais comme on pouvait s’y attendre, l’ancien général de la rue ivoirienne a décliné ces nouvelles offres. Il ne voudrait pas aller dans aucun autre pays que le sien, la Côte d’Ivoire. Selon certains médias, Blé Goudé ne voudrais pas aller loin de ses proches, partisans et militants. En attendant d’autres propositions ou un développement de son dossier avec Gbagbo à la CPI, Charles Blé Goudé continuera de séjourner à la Haye au Pays-Bas dans un hôtel.

Suivez-nous sur Facebook sur