Côte d’Ivoire: sérieuses turbulences liées aux revendications financières

Une mutinerie qui a secoué toutes les grandes villes du pays la semaine dernière, des heurts violents et meurtriers qui ont opposé d’ex-rebelles avec les forces de l’ordre mardi 23 mai, la Côte d’Ivoire traverse en ce moment une sérieuse zone de turbulences liée à des revendications financières à répétition. Et on ne sait jusqu’où cela pourra aller.

mutinerie cote ivoire soldat armee militaire force speciale commando bouake

A chaque semaine suffit sa crise et si les cassandres de Côte d’Ivoire prédisaient que la capitulation en rase campagne du gouvernement face à une poignée de militaires augurait de mauvais lendemains, c’est dès mardi dernier, le jour même du paiement des mutins, que les démobilisés réclamaient à leur tour ce qu’ils prétendent être un dû. Quelque 18 millions de francs cfa pour environ 6 000 d’entre eux au titre des combats passés.

Accéder à cette revendication ce serait autant d’argent en moins dans les caisses de l’Etat, ce serait aussi et surtout une épreuve de plus pour le gouvernement dont les tergiversations passées ont pour le moins fragilisé son autorité.

Or les rendez-vous sociaux ne manquent pas et on sait déjà que la prochaine échéance cruciale concerne les fonctionnaires. Des fonctionnaires qui eux aussi de manière plus pacifique mais déterminée réclament 249 milliards de francs cfa d’arriérés de salaires.

Ce n’est plus un marathon mais une course d’obstacles dans laquelle l’équipe Ouattara a déjà trébuché une fois et ne cesse de prendre des coups. Une course où les spectateurs se demandent : jusqu’à quand le gouvernement va-t-il pouvoir encaisser et l’Etat décaisser ?

RFI

Suivez-nous sur Facebook sur