Cessation de paiement au Liberia, George Weah face à ses premières difficultés du pouvoir

« L’état de l’économie dont mon administration a hérité laisse beaucoup à désirer », a déclaré George Weah , l’ancien footballeur élu le 26 décembre avec 61% des voix, notamment grâce aux suffrages des jeunes et des quartiers populaires de Monrovia, d’où il est originaire.

« C’est tellement évident à voir. Nous sommes tous affectés par cela « , poursuit-il pour décrire la réalité de la situation économique du pays dont il a la charge depuis le 22 janvier.

Selon jeune Afrique, 75 millions de dollars sont nécessaires de façon urgente afin de pouvoir payer les salaires des fonctionnaires des trois premiers mois de l’année.

Le nouveau président du Liberia, a promis ainsi réduire son salaire et ses avantages d’un quart. Il a aussi déclaré aux législateurs dans la capitale, Monrovia, dans son premier discours sur l’état de la nation que le revenu du gouvernement a chuté de 13% à 489,1 millions de dollars en 2017 par rapport à l’année précédente.

Nécessité d’une révolution salariale pour la classe politique

Même si c’est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique, être un législateur ou un membre du cabinet libérien hautement placé est un travail lucratif. Mais cela pourrait bientôt changer. Le nouveau président George Weah a peut-être lancé le bal pour réduire les salaires du gouvernement en prenant lui-même une réduction de salaire de 25%.

Le geste proactif fait partie de la stratégie de démarrage rapide de Weah après avoir rapidement nommé un cabinet. La décision de Weah de prendre une baisse de salaire va à contre-courant dans un pays où les législateurs gagnent des salaires obscènes par rapport aux citoyens ordinaires. Alors que la majorité des Libériens vivent avec moins de 2 dollars par an, les législateurs libériens gagnent un salaire mensuel de 12 000 dollars selon certaines estimations. À ce rythme, les législateurs libériens gagnent plus que les députés britanniques et presque autant que les législateurs nigérians très bien payés.

Certains rapports indépendants ont affirmé que chaque législateur libérien peut gagner jusqu’à 200 000 dollars par an (pdf), une fois que vous incluez des bonus pour les extras comme les générateurs d’électricité, les factures de téléphone et Internet.

La compensation généreuse est en contraste frappant avec la réalité pour une majorité de Libériens compte tenu du taux de pauvreté de 54,1% du pays. Alors que le pays se remet encore d’une longue période de guerre civile et de l’épidémie d’Ébola, courte mais dévastatrice en 2014, le chômage des jeunes a persisté alors que la corruption dans le secteur public continue de sévir malgré les efforts du prédécesseur de Weah.

Mais, malgré la bonne volonté du président Weah et la situation économique désastreuse du pays,  il n’y a aucune garantie que les législateurs seront aussi disposés à être austères que le nouveau président. En effet, l’année dernière, une proposition visant à réduire les salaires des sénateurs de 25% a rencontré l’opposition de plusieurs législateurs. Weah pourrait même faire face à une certaine opposition au sein de son cabinet. L’an dernier, alors qu’il était sénateur, le nouveau vice-président de Weah, Jewel Taylor, a plaidé en faveur d’une augmentation salariale pour les législateurs.

Plusieurs pays, dont la France, ont été déjà sollicités pour une « oxygénation rapide » de l’économie du pays. Des contacts avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont en outre été immédiatement établis.

Le 6 février, une délégation de la Banque mondiale, conduite par son responsable régional Henry Kerali, s’est ainsi entretenu avec Jewel Award-Taylor, la vice-présidente.

Benin Web TV

Suivez-nous sur Facebook sur