Burkina Faso : l’ONG Crisis Group déplore une escalade alarmante de la violence djihadiste

Selon l’ONG, les attaques contre l’état-major de l’armée burkinabè et l’ambassade de France le 2 mars 2018 ont été très bien organisées, impliquant des armes plus lourdes et plus soutenues que tout ce qui a été observé jusqu’à présent au Burkina Faso. Dans ce rapport, le directeur du programme Afrique de l’Ouest de Crisis Group, Rinaldo Depagne affirme que l’attaque djihadiste continue d’exposer une faiblesse inquiétante dans les forces de sécurité burkinabé.

Pour l’ONG, les opérations ont été menées par deux groupes d’au moins quatre à cinq assaillants chacun. Alors que les incidents étaient confinés au centre-ville, ils ont frappé deux cibles symboliques au cœur du pouvoir dans le pays: le quartier général de l’armée et l’ambassade de France. Le nombre officiel de morts est de seize, dont huit assaillants. Pourtant, au départ, des sources indiquaient plus de 30 morts. Le nombre de blessés est d’environ 85.

Au quartier général de l’armée, il semble que jusqu’à cinq hommes dans un véhicule aient utilisé une grenade ou une grenade propulsée par fusée pour franchir la porte d’entrée, où ils ont tiré sur des soldats dans la cour et ont fait exploser un véhicule rempli d’explosifs. Détruisant ainsi une grande partie de l’état-major général des armées. Le JNIM a diffusé la photo de celui qui a fait sauter le véhicule au sein de l’état-major général des armées. Il est dénommé Younousse Al foulani, sans doute un nom de guerre.

À l’ambassade de France, un groupe d’au moins quatre hommes a tenté de pénétrer dans l’ambassade. Incapables d’entrer, ils ont pris position à proximité et ont échangé des tirs nourris contre les forces de sécurité burkinabé. Les soldats français ont rapidement intervenu pour renforcer la sécurité du bâtiment avec des hommes descendus des hélicoptères.

Les forces burkinabé comptaient beaucoup sur le soutien français pour répondre aux attaques. Une source militaire française a déclaré à Crisis Group: «Les forces burkinabé ont été écrasées au début. Nous les avons aidés “. Malgré tout, comparé aux deux précédentes attaques à Ouagadougou en 2016 et 2017, le temps de réponse et l’organisation de la réaction semblent légèrement améliorés.

Ouagadougou n’est pas seulement devenu une cible; le nord du pays l’est aussi. Longtemps épargnée par les groupes armés du Sahel, le Burkina fait désormais partie des guerres du Sahel.

Depuis janvier 2016, le pays a connu plusieurs attaques meurtrières de réseaux terroristes régionaux et internationaux. Dix-neuf personnes ont été tuées et 25 autres blessées lorsque des djihadistes présumés ont ouvert le feu sur un restaurant turc dans le centre de Ouagadougou le 13 août 2017. Trente personnes ont été tuées dans des circonstances similaires en janvier 2016, non loin du restaurant turc. Une attaque revendiquée par Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) en collaboration avec Al-Mourabitoune.

Depuis 2015, le nord du Burkina Faso, frontalier du Mali, a également connu 80 attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières. Ces attaques sont principalement menées par Ansarul Islam, un groupe fondé en décembre 2016 qui est enraciné localement, mais avec des liens avec d’autres groupes au Mali.

Une des raisons pour lesquelles le Burkina Faso est devenu une cible plus facile pourrait être la faiblesse de l’appareil de sécurité du pays. Depuis le départ de l’ancien président Blaise Compaoré en octobre 2014, l’armée est nettement moins organisée. L’unité des forces spéciales connue sous le nom de Régiment de sécurité Présidentiel (RSP) sous Compaoré a été démantelée après son départ, et aucun équivalent ne l’a remplacé. La collecte de renseignements semble être faible, à en juger par l’incapacité de détecter ou de perturber les attaques majeures qui ont eu lieu vendredi. Deux équipes totalisant au moins huit hommes ont pu traverser le centre-ville avec des armes lourdes et conduire une voiture pleine d’explosifs sans être repérés.

Sous Compaoré, les capacités de renseignement étaient basées sur des individus forts. Le Général Gilbert Diendéré, ancien chef d’état-major particulier de Compaoré, a dirigé un impressionnant réseau de renseignement régional et international. Ces individus sont partis. Il faut du temps pour reconstruire des institutions efficaces dans leur sillage.

D’après Crisis Group, la relation entre le gouvernement burkinabé et les différents groupes armés du Sahel a changé. Du milieu des années 2000 à 2012, il indique que le régime de Compaoré a conclu des accords avec des groupes armés, leur fournissant un soutien logistique en échange de leur neutralité. Cela a évolué avec la crise malienne 2012-2013. Des milliers de réfugiés maliens ont fui leurs maisons pour se rendre à la frontière burkinabé, faisant craindre à Ouagadougou que la guerre se répande. De nouveaux groupes armés apparurent, avec lesquels le régime de Compaoré avait des relations moins établies.

Compaoré a donc révisé sa stratégie, passant lentement des arrangements avec les groupes armés à une intervention militaire plus directe. Le Burkina Faso a déployé 1 000 soldats le long de la frontière malienne après janvier 2013 et 650 soldats au Mali dans le cadre de la Mission internationale de soutien au Mali (MISMA) sous la direction de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Cela a peut-être placé le Burkina Faso dans la ligne de tir des djihadistes. En février 2013, un porte-parole du Mouvement pour l’unité et le djihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), un des groupes qui contrôlait le nord du Mali depuis près d’un an en 2012, a déclaré: «Bamako, Ouagadougou et Niamey sont des cibles pour nos kamikazes».

Des représailles pour la mort de certains de leurs leaders 
Cette attaque s’est produite à un moment où le niveau de violence au Sahel est très élevé. Le 3 mars, le Groupe de soutien aux musulmans et à l’islam (JNIM) a revendiqué la responsabilité des attaques de Ouagadougou. Faisant partie d’une coalition plus large liée à Al-Qaïda, le JNIM comprend plusieurs factions djihadistes, y compris des groupes anciennement connus sous le nom d’Ansar Eddine, al-Mourabitoun et le Front de libération de Macina. Il est dirigé par Iyad ag Ghali. JNIM a indiqué que l’attaque était en représailles à une frappe aérienne française le 14 février, qui a tué plusieurs chefs, y compris Mourabitoun, Al-Hassan Al-Ansari, chef militaire d’Al-Mourabitoune, Malick ag Wanasnat, un proche associé à Ghali, Abu Ahmad al-Fullani, commandant du “Front Macina” ayant étudié le droit islamique au Burkina Faso 7 ans et a travaillé au Sénégal en tant qu’imam et prédicateur, avant de rejoindre le front malien..

Cette frappe aérienne française faisait partie d’une vague d’opérations militaires au Mali voisin, menée soit par les forces armées maliennes (FAMA), la force Barkhane ou une combinaison des deux avec le soutien de la MINUSMA. Souvent, des groupes armés signataires de l’accord ont participé à ces opérations. Ces opérations maliennes et françaises visent à inverser la tendance à la hausse des attaques djihadistes et des djihadistes qui établissent le contrôle d’une partie du territoire. Ils visent également à ouvrir la voie à la tenue de la présidentielle de juillet prochain. Les principaux groupes djihadistes sur leur liste de cibles comprennent: le JNIM et ses branches et l’Etat islamique au Grand Sahara d’Adnan Abou AL-Walid Al-Sahraoui (EIGS) qui opère dans la région de Menaka, le long de la frontière avec le Niger.

Dans le même temps, des progrès ont été accomplis vers l’opérationnalisation de la force interarmées du G5 Sahel, formée entre le Burkina Faso, quatre de ses voisins, et soutenue par la France. Lancé en février 2017 et analysé dans un rapport de Crisis Group daté du 12 décembre 2017, le G5 a obtenu des financements, entamé une planification formelle de ses relations avec la MINUSMA et mené deux opérations dans les zones frontalières entre le Mali, le Niger et le Burkina. Selon le ministre burkinabé de la Sécurité, une réunion sur le G5 devait se tenir au quartier général de l’armée au moment de l’attaque. Dans sa déclaration, le JNIM a écrit qu’il voulait décourager le «régime burkinabé et les autres qui ont couru rejoindre le G5 et se battre au nom des Français».

Les autorités burkinabé ont déclaré qu’ils soupçonnaient certains membres de l’armée d’avoir aidé les attaquants de vendredi, laissant échapper des informations clés. D’ailleurs, parmi les huit personnes interpellées, trois son des militaires sont un radié suite à la mutinerie de 2011. Des observateurs ont indiqué que certains assaillants portaient des uniformes militaires burkinabé. Ce que rejette la procureure du Faso. Aussi, la plupart d’entre eux étaient des ressortissants burkinabé.

Selon un colonel à la retraite interrogé par Crisis Group, 566 membres de l’armée et de l’armée de l’air ont été sommairement licenciés en 2011. Certains de ces hommes, qui ont été empêchés de rejoindre l’armée pour le reste de leur vie, sont devenus « bandits » ou ont rejoint des « groupes djihadistes au Mali ». En outre, d’autres membres de l’ancien régiment de sécurité présidentielle ont été licenciés ou dispersés dans d’autres unités, et certains sont très frustrés, selon Crisis group.

Des soupçons contre l’ancien régime 
De nombreux Burkinabé, y compris certains hauts responsables du gouvernement actuel, soupçonnent en privé que d’anciens collaborateurs de Compaoré pourraient être à l’origine de ces attaques terroristes en raison des liens que ces individus ont établis avec des groupes armés. Il n’y a cependant aucune preuve directe à l’appui de ces soupçons. Dans sa déclaration, JNIM a fait référence à ces bonnes relations passées. Il a déclaré que la position de non-ingérence du précédent gouvernement burkinabé l’avait empêché de “tomber dans un marais de sang”.

Certains anciens alliés de Compaoré, qui auraient construit et maintenu ces relations, vivent maintenant à l’étranger. D’autres, accusés d’avoir soutenu un coup d’État de courte durée en 2015 contre l’actuel régime, auraient dû être jugés à Ouagadougou la semaine dernière. Le procès a été suspendu après que leurs avocats aient protesté qu’il n’aurait pas été impartial. Aucune preuve directe ne soutient les accusations de leur participation à l’attaque de vendredi.

 

Source: kibaru

Suivez-nous sur Facebook sur